Accueil Actualités Pandémie et biopouvoir. La nouvelle précarité contemporaine.

Pandémie et biopouvoir. La nouvelle précarité contemporaine.

Publication d’un essai de Jean Furtos, psychiatre. 

 

Résumé

Le sens de cet essai est clair : la pandémie à la Covid-19 est une forme inédite de la mondialisation, dont le management consiste à susciter une peur folle, en grande partie coupée de sa dangerosité réelle. Cette peur, caricature jumelle de la « mauvaise précarité » contemporaine, s’oppose à la « bonne précarité », autre nom de la solidarité entre personnes vulnérables, indispensable à la fabrique de la confiance nécessaire pour vivre en société.

Un exemple simple. Depuis quelques décennies, il est possible de voyager deux heures en TGV, de Paris à Lyon, sans que nos voisins immédiats nous parlent, nous sourient, nous regardent, même si nous tentons d’engager la conversation ou juste d’échanger quelques mots : c’est avoir le masque par une peur contagieuse de l’autre proche, peur que l’on retrouve… dans la pandémie. Et cela pas seulement en France, et avec des variations évidentes selon les régions du monde et les personnes.

Dans ce contexte, le sujet humain est réduit à l’angoisse constante de perdre sa vie biologique, otage d’un état d’exception permanent, ou urgence sanitaire, qui le rend fou d’incertitude quant à la fiabilité des liens sociaux et à la notion même d’avenir. C’est l’effet pervers du biopouvoir.

Les antidotes ? Tout ce qui facilite le retour à une bonne précarité et permet de vivre avec les autres, dans le grand temps. Et la compréhension du contexte dans lequel cette pandémie prend place : ni fantasme ni apocalypse, elle révèle et exacerbe le monde où nous habitons.

Pour en savoir plus sur cet ouvrage, le commander, cliquez sur ce lien.

Article précédentSanté et accès aux soins des migrants: qu’en disent-ils?
Article suivantL’Assemblée Générale de RESPECTS 73 a eu lieu jeudi 10 juin.