Accueil Actualités Connaissez vous le nudge ? Inciter sans contraindre

Connaissez vous le nudge ? Inciter sans contraindre

Mise en lumière par Richard Thaler et Cass Sunstein, le nudge, « coup de pouce » en français, est une théorie de l’économie comportementale selon laquelle certains facteurs sociaux, situationnels ou personnels peuvent inciter des personnes à adopter un comportement spécifique. Il est définit plus précisément comme « un aspect de l’architecture du choix qui modifie le comportement des gens d’une manière prévisible sans leur interdire aucune option ou modifier de manière significative leurs motivations économiques ». En d’autres mots, l’utilisation de nudge permettrait d’influencer des choix dans l’intérêt des personnes, c’est un outil bien souvent simple et peu onéreux à mettre en place dont il faut maitriser les limites.

Quelques pistes pour utiliser le nudge :

  • Le choix par défaut : présélectionner un choix efficient dans le cas où aucun choix actif de la part de l’individu n’est fait. Par exemple, utiliser l’impression par défaut en recto/verso permet d’économiser bon nombre de feuille de papier,
  • Le chemin du moindre effort : mettre à portée de main les aliments les plus diététiques inciterait à les consommer d’avantage.
  • L’effet mesure : le fait de sonder l’engagement augmenterai la probabilité de réalisation de l’action : « comment aller vous procéder pour vous rendre à votre rendez-vous ? »
  • La norme sociale : les individus sont sensibles aux comportements de leurs pairs et ont, bien souvent, un désir de conformité et d’appartenance. « Il y a tel pourcentage de personnes qui utilisent la télé-déclaration »
  • La ludification : un comportement est plus simple à être adopté s’il est ludique et amusant – un escalier musical dans le métro de Stockholm encourage les personnes à les emprunter plutôt que d’utiliser les escalators.

Attention cependant, les nudges présentent des limites. Ce sont des « coup de pouce » qui ne permettent pas des changements radicaux et ont un caractère souvent éphémère. Ils peuvent présenter des effets pervers comme l’effet rebond (un comportement plus vertueux adopté grâce à un nudge peut entraîner une moindre vigilance par ailleurs). De plus, la question éthique peut également se poser avec la possibilité d’être manipulé. Il convient donc de maitriser ces limites pour une meilleure mise en place de ces coups de pouce.

L’OCDE a recensé 100 exemples de nudge mis en place à travers le monde dans différents secteurs (en anglais)

R. Thaler & C. Sunstein, Nudge. La méthode douce pour inspirer la bonne décision, 2012

Article précédentLa place de la PrEP dans la prévention du VIH en France : changer de paradigme, changer d’échelle
Article suivantFaible densité médicale et pauvreté, un renoncement aux soins important